Un anniversaire poupesque !

Le week-end dernier, nous avons fêté mon anniversaire et, sans grande surprise, la journée a été placée sous le signe des poupées !

Un scorpion bien gâté !

Sur la table du petit-déjeuner copieusement garnie m’attendait tout d’abord un énorme sac aux couleurs de Sergent Major. Pas besoin d’être le commissaire Maigrelet pour deviner qu’à l’intérieur se cachait, bien au chaud dans sa malle-dressing, Alice, la nouvelle poupée Sergent Major !

Un paquet plus fin contenait ce formidable ouvrage rédigé par Elisabeth Chauveau, Elyane Jamard Lacroix et Annick Buchy. On y découvre la réponse à toutes les questions (ou presque) que l’on peut se poser au sujet des poupées de Modes & Travaux. En plus, il est superbement illustré de très, très, très nombreuses photos. Je l’ai dévoré et vous en parlerai plus longuement dans un futur billet.

Mes Clodrey-CEJI 7310 2015 – Fin des années 70

Je vous ai déjà présenté une poupée Clodrey-CEJI marquée dans la nuque : Clodrey made in France 7310 2015. Il s’agit de Kristel de 1975.

J’en ai cinq autres et je n’ai pas encore réussi à toutes les identifier avec précision.

La première est brune à cheveux longs ; elle mesure 42 cm.

dans une tenue Clodrey de la fin des années 70

Sa tête et ses bras sont en vinyle; son corps et ses jambes sont en polyethylène.

Ses cheveux implantés et ses yeux noisette sont dormeurs. Ses sourcils sont vol d’oiseau.

La seconde est brune également mais avec les cheveux courts. A part la longueur des cheveux et la couleur des yeux, cette deuxième poupée présente les mêmes caractéristiques que la première.

La troisième est blonde à cheveux courts et yeux bleus. Sa description est la même que celle des deux précédentes. Elle est vêtue d’un costume de plage cousu à la maison.

Enfin, la quatrième et la cinquième ont  le corps fin en tissu bourré. Comme leurs sœurs, elles mesurent 42 cm.

Dans une tenue très seventies

Le justaucorps Clodrey que la brune portait lors de son adoption lui va parfaitement; J’en ai déduit qu’il s’agit probablement d’une partie de sa tenue d’origine. Depuis j’ai ajouté une jupe suspendue écossaise bleue et rouge parfaitement assortie.

7310 2015 à corps bourré – Photo : collection particulière

Dans le catalogue CEJI de 1975, une poupée de 40 cm à corps dur portant ce moule de tête s’appelle Henriette.

Dans celui de Delacoste en 1977 cette même poupée avec une chevelure longue et frisée, et vêtue d’une tenue romantique s’appelle Natacha.

Dans d’autres catalogues, la demoiselle vêtue d’une robe longue porte le prénom de Stéphanie ou encore de Ciboulette.

Mes poupées à corps dur semblent donc être des Henriette. La blonde pourrait être vêtue d’après un patron proposé par le magazine « Mon ouvrage ma maison » à la fin des années 70.

Quant à la première à cheveux longs, il pourrait aussi s’agir de Charlotte du magazine « Mon Ouvrage ma maison« .

Ce magazine a proposé plusieurs années de suite une poupée à habiller, Charlotte.

A partir de novembre 1978 Charlotte a les cheveux longs (cette année-là ses copines à qui elle prêtait ses vêtements faits maison d’après les patrons du magazine étaient Henriette Clodrey à cheveux courts et Célimène CR ).

Cette Charlotte est une Clodrey-CEJI 7310 2015. Elle était vendue au prix de 56 F (soit 30 € au 28 février 2018) .

Mais à quoi ressemblait Charlotte des années précédentes ?

Dans les mois (voire les années) qui ont précédé novembre 1978, elle ne coûtait que 36,50 F et a eu pendant quelque temps les cheveux courts.

Plusieurs Charlotte se sont vraisemblablement succédé dans les pages du magazine et Charlotte Petitcollin a laissé sa place à Charlotte Clodrey.

En effet, la regrettée Elisabeth Chauveau dans son livre rédigé en collaboration avec Yvan Lacroix  « Petitcollin – Histoire d’une fabrique de poupées et de jouets depuis 1860 »  Editions du Dauphin 2006 et 2011 écrivait en page 150 : « Mon ouvrage ma maison est un magazine féminin qui propose différentes rubriques de couture, tricot et bricolage. Dans les années 70, il proposa une poupée de 40 cm, Charlotte produite par la société Petitcollin. On pouvait lui confectionner un vestiaire au moment de Noël 1976« .

Dans un magazine antérieur à celui de novembre 1978 mais dont la date n’est pas apparente, Charlotte n’est pas une Clodrey et pourrait bien être une Petitcollin ; elle a les cheveux mi-longs.

Je ne sais pas à quelle date ce changement a eu lieu.

Par la suite, Mon ouvrage ma maison a ouvert ses pages a deux autres poupées, Clodrey-CEJI 7310 2015, Violette et Agathe, l’une brune à cheveux courts coiffée avec un cran et l’autre à la longue chevelure blonde et frisée.

 

Les poupées Raynal, la marque de qualité : histoire d’une fabrique 1922-1979

livre poupées Raynal - Elisabeth Chauveau

L’ouvrage :

Cet ouvrage raconte l’histoire de la société des Poupées Raynal qui s’est déroulée de 1922 à 1979 et l’évolution de la fabrication, depuis les poupées en étoffe jusqu’à celles en matière plastique, sans oublier la remarquable production de poupées en Rhodoïd qui fit la gloire de la Maison Raynal.

Il présente, de manière chronologique, le plus de modèles possible.

Ce que nous en avons pensé :

Ma fille m’a offert cet ouvrage de référence pour mon anniversaire en mai dernier. J’étais passée totalement à côté de sa parution qui date pourtant de quelques années. Voici donc cette lacune comblée pour mon plus grand plaisir.

Lire la suite « Les poupées Raynal, la marque de qualité : histoire d’une fabrique 1922-1979 »