Les boîtes des poupées clodrey – 1956-198*

Nous avons la chance de posséder dans notre collection quelques poupées Clodrey neuves en boîte. Nous nous sommes intéressées à ces emballages qui ont contribué au succès de la marque et à la joie des petites filles qui recevaient en cadeau des poupées magnifiquement emballées.

Ces boîtes constituent pour les collectionneuses que nous sommes de précieux indices pour mieux connaître la marque et son évolution. Nous partageons aujourd’hui avec vous le fruit de nos observations sous forme d’une présentation des divers modèles que nous possédons et/ou dont nous avons trouvé une occurrence sur le net.

Cette liste n’est donc pas exhaustive et nul doute que de nombreuses découvertes nous attendent encore.

1956-1960

A partir de 1956, les poupées Clodrey ont les cheveux implantés, coiffables et lavables à souhait. Ce sont les fameux cheveux brind’or pour lesquels Clodrey a obtenu l’oscar du jouet et qu’il vantera dès lors sur les boîtes de ses poupées.

Ces dernières sont soigneusement attachées dans des boîtes type « boîte à chaussures » qu’il faut ouvrir pour en découvrir le contenu.

boite_poupee_clodrey_brindor

Celles-ci sont blanches ornées de pois rouges et verts. Un liseré rouge borde le haut de la boîte ainsi que le tour du couvercle, figurant un ruban. Sur ce dernier, apparaissent la marque polyflex avec son timbre ainsi que les caractéristiques des poupées Clodrey.

Sur l’un des petits côtés de la boîte, une étiquette vante les cheveux oscarisés et précise les caractéristiques de la poupée (modèle, teinte des cheveux, coloris de la tenue). On remarque que les poupées n’ont pas encore de prénom officiel à leur sortie de l’usine mais un simple numéro de série :

étiquette poupée Clodrey Brind'or

1960-1964

En 1960, la maison Clodrey vient à nouveau d’obtenir l’oscar du jouet pour les yeux des poupées, dits coucou, de magnifiques yeux suiveurs. Tout naturellement les boîtes des poupées du début des années 60 ont participé à la promotion de la géniale invention de Claude Refabert.

Dès l’obtention du brevet, les boîtes à pois de la période précédente sont remployées mais sont désormais percée d’une fenêtre de plexiglas et précisent que les poupées qui se trouvent à l’intérieur ont les yeux coucou.

Très vite de nouveaux écrins sont conçus pour accueillir ces demoiselles aux regards enchanteurs. Il s’agit toujours de modèles « boîte à chaussure » mais le décor change.

boite poupée Clodrey polyflex yeux coucou

Le couvercle tout d’abord présente désormais un fond rose tendre à croisillons blancs. Sur les plus grands modèles, le timbre « polyflex » est répété à l’intérieur de chaque cellule. Un portrait de poupée aux yeux coucou figure en médaillon. La marque et le slogan sont imprimés en cursive grise tandis que la mention « oscar 1960 » semble comme tamponnée sur le décor.

La boîte en elle-même est plus simple. En carton blanc, seuls ses deux petits côtés sont ornés. La charte graphique employée rappelle celle du couvercle. On y trouve un rappel des informations figurant sur le couvercle ainsi que les caractéristiques de la poupée contenue dans la boîte : modèle, couleur des cheveux, habillage. Comme à la génération précédente, les poupées sont identifiées par un simple numéro de série. Ici, le nombre « 80 » correspond à la taille de la poupée en centimètres.

étiquette poupée Clodrey Coucou polyflex

En fin de période, on trouve également des boîtes-vitrines blanches à médaillon doré.

1962-1966

Au cours de cette période, on trouve chez Clodrey une grande diversité de boîtes. Chaque modèle de poupée -ou presque- possède son modèle de boîte.

Ainsi, dès 1962, certains bébés dits coucou berceurs parce que leurs magnifiques yeux suiveurs se ferment tout doucement, comme ceux d’un vrai bébé, lorsqu’on les berce sont vendus dans des boîtes balancelles à deux volets joliment décorés de motifs enfantins.

De son côté, Fanfan, le bébé électronique pour lequel la maison Clodrey a obtenu l’oscar du jouet en 1964, est mis en valeur dans une boîte discrète et très ouverte où il apparaît tout entier recouvert de sa jolie couverture en rhovyl aux inscriptions variées.

Bébé chéri, le poupon qui bat des mains était proposé dans une boîte à large fenêtre portant simplement deux inscriptions, l’une en haut.

Mick le bébé de poche (oscar du jouet 1965) a également sa boîte, rouge ou blanche marquée à son nom.

Quant à Petit frère, le premier bébé sexué, une autre vedette, il était vendu avec ses accessoires dans une boîte au couvercle chamarré, dont l’intérieur était capitonné de vichy rose et blanc et orné de broderie anglaise. Un bristol orné d’un chérubin soufflant dans une trompette placé à l’intérieur de la boîte indique :

c’est un garçon 

Les modèles moins emblématiques, comme Zabette, sont quant à eux présentés dans des « boîtes à chaussures » aux couleurs vives, imprimées de la marque Clodrey dans un ovale jaune. Le nom de la poupée est inscrit sur une étiquette collée sur l’un des petits côtés de la boîte.

boite_poupee_clodrey_zabette

1967-1969

A partir de 1967, les poupées Clodrey sont présentées dans des boîtes pleines formées de deux cartons reliés par une charnière. Ces boîtes s’ouvrent comme un écrin. Sur fond rose clair, des pois roses, fuchsia et oranges figurent des fleurs très stylisées.

boite_poupee_clodrey

Une étiquette adhésive en forme de fleur bleue collée au fond de la boîte indique le nom de la poupée, la couleur de ses yeux, de ses cheveux et de sa tenue. Les premières Daisy tout comme Félicie étaient présentées dans ce type d’emballage.

boite_poupee_clodrey_felicie

Le remploi n’était pas rare et on trouve des superpositions d’étiquettes sur certaines boîtes. Ici, sous Félicie, on peut lire Françoise.

1969-1970

Les poupées « classiques » sont présentées dans des boîtes ouvertes aux couleurs vives. En 1969, certaines boîtes représentent de petites maisons avec porte et fenêtres pour bien laisser voir la poupée.

A la même époque, des boîtes plus sophistiquées sont destinées aux modèles prestigieux. Ce sont des boîtes ouvertes dont le rabat sert de support publicitaire. Des photos de petites filles en compagnie de leurs poupées ou de leurs poupons  y sont présentées.

1971-1973

A partir de 1971, on note le retour des « boîtes à chaussures » mais celles-ci sont désormais réalisées dans des cartons aux coloris vifs.

Le couvercle est illustré sur la face principale d’une fleur stylisée dont le cœur est marqué Clodrey et les pétales indiquent les modèles les plus en vogue au catalogue : Babyrit, Bébé plume, Babyboude, perruques pour poupées, poupétendre, bébés sexués, jetpartout, poupées Pop.

boîte poupée Clodrey 1971

La boîte en elle-même fait office de présentoir avec des rabats colorés en haut et en bas. Les côtés de la boîte sont illustrés de rosaces et autres formes géométriques stylisées. Le nom de la poupée est inscrit sur une étiquette collée sur l’un des petits côtés de la boîte.

La vente de Clodrey à la Compagnie générale du jouet (CEJI) a été conclue en 1971 (en couverture du catalogue 1971, il est mentionné que Clodrey appartient au groupe Compagnie du Jouet). Pour autant en 1972, les boîtes portent toujours la seule mention Clodrey.

1973

En 1973, on trouve plusieurs modèles de boîtes-vitrines aux rayures vives. La marque Clodrey disparaît laissant entièrement la place au logo Ceji.

1974-1978?

Les poupées et poupons sont présentés dans des boîtes-vitrines imprimées de couleurs vives, aux motifs floraux psychédéliques. Elles sont l’oeuvre d’Hugues NICOLLET, dont la société, spécialisée dans la packaging, a été active de 1966 à 1996.

Les logos Clodrey et Ceji figurent l’un au-dessus de l’autre dans le coin inférieur droit (pour l’observateur). Le nom du modèle peut être directement imprimé sur la boîte, comme pour François, ou bien sur un macaron autocollant, comme dans le cas Marco.

boite_vitrine_poupee_clodrey

L’arrière de la boîte est imprimé d’un slogan publicitaire vantant les qualités des poupées Clodrey, tandis que les faces latérales présentent parfois (mais pas toujours) les caractéristiques de la poupée concernée.

boite_poupee_clodrey_francois

1978-1981

Les boîtes-vitrines de cette génération sont de deux types. Un premier modèle est très semblable à celui de la génération précédente mais les fleurs qui ornent sa face avant sont moins stylisées et réalisées à l’aquarelle. Le texte imprimé au dos de la boîte est strictement identique à celui de la période précédente.

Les petits modèles sont simplement ornées de quelques fleurs dans le bas. Un autocollant portant la marque Clodrey est collé dans l’angle inférieur droit pour l’observateur.

Les plus grands modèles ont un décor plus complet, tout le tour de la boîte est orné. La marque Clodrey est directement imprimée sur la boîte dans l’angle inférieur gauche pour l’observateur. Ce type de boîte a par exemple servi pour Nid d’Ange.

boite_poupee_clodrey_fleurs_aquarelle

Un autre modèle, beaucoup plus sobre est notamment utilisé pour les poupées présentées en coffret. Ces boîtes sont en carton uni blanc. Les marques Clodrey et Ceji sont imprimées en marron sur la face avant.

1982-198*

A partir de 1982 et le rachat de la marque Clodrey par la société Ajena, les boîtes des poupées changent encore. On peut notamment en apercevoir quelques unes au catalogue 1984.

Sur ces nouvelles boîtes-vitrines imprimées dans des tons pastels et ornées sur la face arrière d’un bouquet de cœurs, seule la marque Clodrey apparaît. Le o de Clodrey y est remplacé par un cœur.

Sur la bannière placée juste en dessous de la marque, sur la face avant comme sur la face arrière de la boîte, est imprimé le nouveau slogan :

Petits cœurs pour Grand Amour

 Les Inclassables

1 – Les poupées sous licence

Au fil des années, la maison Clodrey a commercialisé (et parfois adapté) certaines poupées sous licence étrangère. Ces modèles étaient présentés dans des boîtes spécifiques, généralement elles aussi sous licence.

boîte poupée Clodrey Caroline et Knickerbocker

Il en est ainsi pour Caroline, Crissy (boîte françaiseboîte américaine) ou les poupées et autres jouets de la collection Holly Hobbie produits par Knickerbocker.

 2 – Les poupées Jolydol

La société Clodrey produisait sous sa marque des poupées de qualité vendues à des prix relativement élevés et sous la marque Jolydol dont elle était également propriétaire des poupées plus ordinaires, destinées aux circuits longs, moins chères. Ces poupées étaient présentées dans des boîtes plus modestes.

Nous avons inventorié deux modèles de boîtes Jolydol. La première que nous avons rencontrée date de 1962 environ. Elle est en carton gris chiné et est ornée des dessins figurant sur les boîtes des bébés Clodrey coucou-berceurs.

boîte poupée Jolydol

La seconde, un peu plus récente, a été utilisée au moins tout au long de la seconde partie des années 60.

Elle est bleue et rouge ; la marque Jolydol en écriture cursive y figure sur toutes ses faces. La face avant est ornée à droite, dans la partie bleue, d’une petite fille tenant un ballon gonflable. C’est dans cette boîte que nous avons adopté notre Babette.

Un commentaire sur « Les boîtes des poupées clodrey – 1956-198* »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.