Corolline coiffure – Corolle – 1993

Dans la famille des Corolline, la maison Corolle proposait en 1993 une Corolline « coiffure ».

C’est une petite poupée de 28 cm aux cheveux implantés très, très longs qui ne demandaient qu’à être coiffés aussi souvent que leurs petites coiffeuses de mamans en avaient envie.

Lire la suite « Corolline coiffure – Corolle – 1993 »

Betty – Corolle – 1995

Ce n’est sans doute plus un secret pour aucun des habitués de ce blog, chez Corolle les poupées au moule de tête « 94-17 V 14 G » sont mes préférées.

Un visage Corolle qui me fait fondre à chaque fois !

Tout à commencé un soir de Noël 1995 lorsque j’ai rencontré ma poupée Bénédicte sous le sapin. J’ai immédiatement craqué pour ses cheveux roux et son visage constellé de taches de rousseur. Depuis cette date, j’ai développé une légère addiction :

  • pour les poupées rousses ;
  • pour les poupées Corolle arborant ce minois si particulier.

Ainsi dès que j’en croise une à un prix raisonnable sur ebay, je l’adopte dans l’espoir de toutes les réunir un jour. Et autant vous dire que j’ai du pain sur la planche, car d’après nos derniers calculs, ces demoiselles seraient une petite soixantaine au total !

C’est ainsi que Betty a récemment rejoint notre collection.

Lire la suite « Betty – Corolle – 1995 »

Petit Poucet – Les poupées de Catherine Refabert – 1978

Petit Poucet, un poupon vendu sous la marque « les poupées de Catherine Refabert »

La clause de non-concurrence signée par Catherine et Jacques Refabert avec la CEJI a pris fin le 13 décembre 1977.

Catherine Refabert peut à nouveau créer des poupées. Dès février 1978 au salon de Nürenberg puis à celui de Paris, elle présente une collection de poupées : « les poupées de Catherine Refabert » ; la marque est enregistrée à l’INPI le 28 février 1978 et n’a jamais été renouvelée. Car dès l’année suivante, Catherine Refabert produit des poupées sous la marque Corolle.

Lire la suite « Petit Poucet – Les poupées de Catherine Refabert – 1978 »

Daphné – Clodrey – 1971

Il y a un peu plus d’un an, je vous présentais Myriam, une poupée Clodrey de 52 cm. C’était avant que je ne fasse l’acquisition d’un magnifique catalogue des poupées Clodrey (Groupe Compagnie Générale du Jouet) présentant l’intégralité de la collection de 1971.

La lecture de cet extraordinaire document m permet d’affirmer que la poupée que je vous présentais alors s’appelle en réalité Daphné ; Miriam (avec 2 i et pas de y) est le prénom de sa petite sœur de 45 cm.

Daphné est une nouveauté 1971 brevetée Clodrey.

Daphné, poupée Clodrey de 1971

Elle est marquée dans la nuque :

Clodrey 2016 7125

Je n’ai pas encore rencontré ce moule de tête sur une autre poupée.

Lire la suite « Daphné – Clodrey – 1971 »

Un baigneur Corolle – 1980 à 1985

La maison Corolle a sorti de nombreux bébés pour le bain. Voici le premier de cette longue série :

Le premier baigneur Corolle

Son visage vous rappelle forcément celui de Bébé chéri ou de Nouveau né, mêmes petits yeux dormeurs d’un bleu intense, même moue…

Ce baigneur de 42 cm tout en vinyle est marqué dans la nuque Carole 80 made in France ; il s’agit d’un des premiers moules issu des dessins de Catherine Refabert.

Ses cheveux sont gravés.

Des yeux magnifiques

Ce gros baigneur figure sans discontinuer dans les catalogues de 1980 à 1985.

Au catalogue du Printemps 1980, il est présenté dans une jolie tenue claire composée d’un bloomer rayé bleu et blanc et d’une brassière assortie. Il est vendu 139 F (soit 62 € au 30 avril 2019).

Au cours de ces six années de présence aux catalogues, ce baigneur a changé de tenue puis de nom.

Aux catalogues de 1981 et 1982, il est vendu seul, vêtu de la tenue décrite ci-dessus, ou en coffret avec ses accessoires.

Dans celui de 1983, toujours présenté comme un baigneur, il est vêtu d’une barboteuse en liberty bleu à col brodé.

En 1984 et 1985, il devient un « bébé pour le bain. » Il est alors vêtu d’un peignoir blanc bordé d’un biais rouge.

En 1985, habillé comme en 1984, il est accompagné de son frère aux cheveux d’ange implantés qui le remplace les années suivantes.

J’aurais aimé déterminer avec plus de précision l’âge de mon baigneur ou de mon bébé pour le bain et  j’aurais peut-être pu y parvenir si j’avais pu voir plus nettement les yeux de ces bébés dans les catalogues, car c’est sans doute dans leur couleur que réside la petite différence qui marque le passage d’une époque à une autre.

A moins que le marquage dans la nuque ne permette aussi de dater ces gros bébés.

Rendez-vous sur Hellocoton !