Kit Kittredge, journaliste en herbe – Patricia Rozema – 2008

1934, la Grande Dépression frappe de plein fouet les Etats-Unis et plus particulièrement la ville de Cincinnati dans l’Ohio, transformant à jamais la vie de la jeune Kit Kittredge et de sa famille.

Son père, concessionnaire automobile se voit obligé de fermer boutique pour partir chercher du travail au loin, tandis que sa mère transforme leur maison en pension de famille. Une mère et son fils, un magicien, une bibliothécaire ambulante et une professeure de danse partagent désormais le quotidien de Kit et de sa maman.

Le manque d’argent ne ternit jamais la gaieté qui règne dans la pension… jusqu’au jour les maigres possessions des habitants sont dérobées.

L’histoire des Etats-Unis telle qu’on la connaît est plutôt courte mais extrêmement riche et je prends énormément de plaisir à la (re)découvrir à travers ces films créés autour des poupées « American Girl ». Ce film, consacré à la poupée Kit Kittredge rejoint sans hésiter la liste de mes favoris dans cette série.

Mais avant de vous en dire plus, je vous laisse découvrir la bande-annonce.

Dans ce film donc, nous découvrons plus en détails la période de la Grande Dépression, comment celle-ci a pu toucher des milliers de personnes de façon très inégale et inattendue et comment ces gens ont dû faire preuve de courage et d’ingéniosité au quotidien pour s’adapter et continuer à vivre.

Certaines familles ont tout perdu et sont obligées de quitter leur domicile pour rejoindre d’autres sans-abris dans des camps de fortune.

Chez Kit (interprétée avec énormément de fraîcheur par Abigail Breslin), la situation est un peu moins dramatique car même si le père est obligé de partir à l’autre bout de l’Etat pour trouver du travail, au moins la famille a-t-elle toujours un toit sur la tête.

Des gens aux profils très divers se retrouvent alors à cohabiter, devant supporter les petites manies de chacun, échanger des astuces et partager le peu qu’ils possèdent. J’ai globalement trouvé ces personnages et leur histoire incroyablement touchants, qu’il s’agisse de Will et Countee ou encore du jeune Stirling SPOILER : (surlignez le texte pour le faire apparaître) écrivant une lettre à sa maman dans laquelle il se fait passer pour son père pour qu’elle ne soit plus triste de ne pas avoir de nouvelles.

Le seul détail qui m’a un peu chagrinée, c’est le nombre improbable de tenues différentes que possède Kit. A une époque ou l’on portait les vêtements jusqu’à la corde et les recyclait à l’infini et où l’on taillait les robes des petites filles (et de leurs mamans) dans des sacs de grain, Kit a une garde robe au moins aussi fournie que celle de sa riche amie Ruthie Smithens… (et oui, la Grande Depression n’a pas touché tout le monde de la même façon, creusant ainsi des inégalités d’autant plus marquées).

De même, en cette période de disette où la junk food n’était pas là pour nourrir les familles à tout petit prix, les enfants pauvres étaient plus souvent chétifs qu’un peu trop gros contrairement à ce que l’on peut voir dans le film…

Mais en dehors de ces petits anachronismes, le film m’a semblé très instructif dans la mesure où il pose des bases et surtout donne envie au spectateur d’en apprendre plus sur le sujet, en interrogeant ses grands-parents ou en cherchant des témoignages, des images, ou des ouvrages consacrés à cette période pas si lointaine. Kit pourrait vivre encore aujourd’hui et si j’ai apprécié les histoires de Samantha ou de Felicity, cette proximité historique rend la fillette des années 30 d’autant plus touchante à mes yeux.

Et puis ce que j’ai aussi beaucoup aimé dans ce film, c’est l’enquête qui en occupe globalement le dernier tiers. Je ne m’attendais pas à trouver cet ingrédient, n’ayant pas lu le synopsis avant d’entamer mon visionnage et cela a été une très bonne surprise. Cette enquête casse le ton simplement descriptif qu’aurait pu prendre le film et amène des rebondissements sympathiques. Cela le distingue des autres films « American Girl » que j’ai déjà vus et c’est chouette.

Bref, Kit Kittredge : journaliste en herbe est un film familial qui m’a vraiment beaucoup plu malgré les petits défauts relevés en cours de billet. Le personnage de Kit est attachant, l’époque décrite passionnante et l’histoire bien rythmée. J’aurais vraiment plaisir à acheter et re-regarder ce film disponible en français sur l’Itunes Store.

Infos : Kit Kittredge : An American Girl. Film réalisé par Patricia Rozema, d’après un scénario d’Ann Peacock et les livres de Valerie Tripp. Sortie US : 2 juillet 2018. Titre FR :Kit Kittredge : journaliste en herbe. Durée : 101 minutes.

Distribution : Abigail Breslin (Kit Kittredge), Julia Ormond (Margaret Kittredge) , Max Thieriot (Will Shepherd), Willow Smith (Countee), Zach Mills (Stirling Howard), Madison Davenport (Ruthie Smithens).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.