Molly, une petite fille sur le front – Joyce Chopra – 2006

La Seconde Guerre Mondiale bouleverse la vie de Molly, une jeune Américaine que la vie a toujours protégée jusque là. Son père s’engage comme médecin militaire et part à Londres, sa mère se met à travailler à l’extérieur de la maison et Emily, une fillette Anglaise, vient s’installer dans sa famille pour échapper aux bombardements.

Emily a tout d’abord beaucoup de mal  à accepter ces changements et les petits sacrifices quotidiens qu’ils entraînent. Cependant, elle se lie peu à peu d’amitié avec Emily et découvre que même si l’on est une petite fille et que l’on vit loin du front, il est possible de participer à l’effort de guerre.

Avec ce film, je boucle ma découverte des longs-métrages « American Girl » et c’est sur un immense coup de cœur que s’achève ce cycle de visionnages.

Dès les premières images j’étais conquise : un album photo s’ouvre et nous plongeons dans la première photographie qui s’anime. J’aime beaucoup ce procédé qui me rappelle un peu la façon dont débutaient les premiers « Walt Disney ».

J’ai surtout aimé ce film pour son thème et plus particulièrement le point de vue adopté par la scénariste et l’auteure des romans dont elle s’est inspirée. J’ai vraiment trouvé cela passionnant de découvrir le quotidien des familles américaines durant la Seconde Guerre Mondiale.

Si en petite fille de France, j’ai appris en grandissant ce qu’avait pu être le quotidien des français entre restrictions, couvre-feu, rafles, exode et bombardements et si je connaissais bien entendu le rôle joué par l’armée américaine dans le conflit, je n’avais curieusement jamais imaginé que les civils américains avaient eux aussi vu leur quotidien à ce point bouleversé.

Or ce film nous montre tout cela et ce qui est intéressant c’est de voir que finalement malgré quelques différences culturelles (les concours de danse, les cours de claquettes à l’école, l’enseignement mixte…), on trouve de nombreux points communs avec le quotidien des français de la même époque : la diffusion des actualités au cinéma, les femmes qui remplacent les hommes dans les usines, la crainte de voir sonner le messager militaire à sa porte, les pénuries et restrictions, les sirènes et le confinement, les rutabagas et autres « légumes de guerre »… J’ai vraiment été captivée par cet aspect du film.

Du côté des personnages, maintenant, autant Emily, la jeune réfugiée anglaise (rousse, of course!), est super craquante du début à la fin, autant entre Molly et moi, ça n’a pas toujours été le grand amour…

Alors que je trouvais intéressant de découvrir un personnage physiquement assez différent des autres héroïnes American Girl : tout en angles et en longueur, un peu gauche et sans grâce, la demoiselle m’a vite agacée de par son caractère et ses réactions.

Très longtemps gâtée et surprotégée, la fillette se révèle capricieuse et butée lorsqu’il s’agit de faire le moindre effort ou de changer la plus petite de ses habitudes. Et il va en falloir du temps et de la patience à sa famille et à Mrs Gilford, une voisine veuve qui vient s’occuper des enfants McIntire quand leur mère travaille, avant que Molly ne commence à prendre sur elle !

Heureusement, au fil des mois, Molly gagne en maturité et comprend qu’elle doit faire des efforts, qu’elle n’est finalement pas si mal lotie que cela et que pour mériter le rôle de Miss Victory, il ne suffit pas d’être la meilleure danseuse de la classe ; il faut aussi avoir la bonne attitude !

Enfin, un détail amusant pour les collectionneurs : en cadeau de Noël 43, Molly reçoit une poupée européenne. Je n’ai pas eu le temps de la voir en détail, mais la poupée en question m’a parue bien moderne pour l’époque et bien luxueuse pour venir d’un continent en guerre où l’on manquait de tout et où les poupées étaient alors fabriquées avec les moyens du bord : papier mâché, bois… à l’image de celle-ci.

Bref, malgré le petit anachronisme soulevé en fin de billet, j’ai eu un gros, gros coup de cœur pour ce film que j’ai hâte de revoir !

Infos : Molly : An American Girl on the Home Front. Film réalisé par Joyce Chopra, d’après un scénario de Anna Sandor et les romans de Valérie Tripp. Sortie US : 26 novembre 2006. Titre français : Molly : une petite fille sur le front ou Molly : une petite fille américaine. Durée : 85 minutes.

Distribution : Maya Ritter (Molly McIntire), David Aaron Baker (Dr. James McIntire), Tory Green (Emily Bennett), Molly Ringwald (Mrs. Helen McIntire), Sarah Orenstein (Gladys Gilford).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.