Une (brève) histoire des poupées « American Girl » – Partie 1

Pendant deux semaines, je vous propose de découvrir l’histoire d’une grande marque de poupées américaines : les poupées American Girl. Cette semaine, nous nous plongeons dans les années 1980-1990…

Les années 1980…

Tout commence en 1984, lorsque Pleasant Rowland visite l’écomusée « Colonial Williamsburg« , en Virginie, qui retrace la vie quotidienne d’une ville américaine à l’époque coloniale.

Les visiteurs déambulent au milieu d’authentiques bâtiments historiques, tandis que des guides en costume perpétuent devant eux des gestes et traditions du passé.

Cette visite marque énormément l’institutrice Pleasant Rowland qui est très étonnée de l’absence d’ouvrages pour enfants à la boutique du musée.

Elle se dit alors que les petites filles américaines seraient sans doute beaucoup plus intéressées par l’histoire de leur pays, si on leur racontait au travers d’ouvrages spécialement conçues pour elles, autour de personnages auxquels elles pourraient facilement s’identifier.

Le Noël suivant, Pleasant Rowland cherche des poupées à offrir à ses jeunes nièces de 8 et 10 ans mais rien de ce qu’elle trouve dans les magasin ne la satisfait. La plupart des poupées alors vendues étaient des mannequins de type Barbie représentant des jeunes femmes adultes ou alors des personnages humoristiques peu réalistes (et pas du tout à son goût) comme les Cabbage Patch Kids. Aucune poupée alors vendue en magasin n’était réellement à l’image des petites filles à qui elles étaient destinées.

C’est de ce double constat qu’en 1986, naissent les premières poupées « American Girl », à Middleton dans le Wisconsin. D’abord fabriquées par Götz en Allemagne, leur production connait par la suite plusieurs délocalisations. Ces premières poupées ont un corps articulé en tissu blanc et sont commercialisées sous la marque Pleasant Company. Elles représentent des fillettes de 10 ans et sont destinées aux enfants de 8 à 12 ans.

Cette première année, trois poupées représentant trois époques et trois épisodes de l’histoire américaine voient le jour :

  • Kirsten Larson fille de pionniers suédois établis dans le Minnesota en 1844,
  • Samantha Parkington orpheline new-yorkaise élevée par sa riche grand-mère en 1904,
  • et Molly McIntire, petite fille de l’Illinois en 1944, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

A ce moment-là, les poupées sont exclusivement vendues par correspondance à un panel d’acheteurs ciblés. Chaque poupée est livrée avec son trousseau historiquement conforme ainsi que trois romans relatant ses aventures. Dans ces romans Pleasant Rowland n’hésite pas à aborder des thèmes tels que l’esclavage, le travail des enfants, la pauvreté…

En 1988, il est désormais possible de commander des tenues pour fillettes à l’image des tenues portées par les poupées et en 1989, divers projets de travaux manuels autour des poupées sont lancés (patrons de couture et idées de bricolages).

Les années 1990…

En 1990, Pleasant Rowland crée un poupon représentant un nouveau-né non sexué, au corps en tissu comme les American Girl, mais non articulé. Il s’appelle « Our New Baby« . Pour l’habiller, diverses tenues sont vendues en version fille et en version garçon pour s’adapter au choix de chaque enfant. Ce poupon est accompagné d’un petit livre éducatif censé aider les plus jeunes à s’habituer à l’arrivée d’un nouveau bébé dans la famille. En 1995, il est renommé « Bitty Baby« .

Au cours de la décennie, plusieurs autres poupées historiques voient également le jour :

  • en 1991Felicity Merriman représentant l’année 1774 et la période de la Révolution américaine. A partir de cette date, le corps des poupées est désormais en tissu couleur chair, afin de s’adapter à des tenues plus décolletées.
  • en 1993Addy Walker, une jeune esclave courageuse en 1864,
  • et en 1997 Josefina Montoya, habitante du Nouveau-Mexique en 1824, avant que ce territoire ne devienne un Etat américain.

En 1992, les poupées confiées à l’hôpital pour réparation sont renvoyées chez elles en chemise d’hôpital et accompagnées de petits souvenirs de leur séjour. La même année voit le lancement de l’American Girl Magazine, une revue bimensuelle à destination des fillettes de 8 à 12 ans.

En 1995, une nouvelle collection voit le jour : « American Girl of Today« . Cette collection va régulièrement changer de nom au fil des ans : « American Girl Today » en 1998, « Just Like You » en 2006, « My American Girl » en 2010 et enfin « Truly Me » depuis 2015.

Enfin, dès 1998, il est possible de commander les poupées en ligne sur le site internet de la compagnie, lancé l’année d’avant tandis qu’une première boutique physique ouvre à Chicago dans l’Illinois. La même année, Pleasant Rowland revend sa société au géant du jouet Mattel (qui avait d’ailleurs racheté Corolle quelques années plus tôt).

Histoire à suivre…

Sources : Wikia, Par amour des poupées, How we got started.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.